Manager dans la compexité

Manager la complexité

 

Le management est devenu une affaire complexe, les mutations économiques et sociales s'accélèrent et la stabilité est devenue l'exception, le manager doit désormais constamment s'adapter pour faire face à des enjeux qui le dépassent.

 

Les 5 grandes ruptures

 

Pour comprendre la complexité auxquels les organisations doivent faire face, il faut comprendre que nous vivons la fin de l'ère moderne qui a débuté à la renaissance et qui prenait le progrès comme pivot de l'évolution.

 

La rupture écologique

Nous sommes entrés dans une période de pénurie de ressources naturelles, ce qui ne signifie pas qu'il n'y en a plus mais que nous vivons largement à crédit et que nous devons repenser notre manière de vivre et faire mieux avec moins.

 

La rupture technologique

 

il s'agit de l'explosion du numérique, qui prend une place énorme dans nos vies, et pas seulement internet et les réseaux sociaux, la prochaine révolution concerne la robotisation, on estime que dans l'Union Européenne 40% des emplois actuels peuvent être remplacés par des robots...

 

La rupture économique

 

Le modèle économique dominant a depuis longtemps été celui du financiaro-industriel, développé aux Etats Unis et qui repose sur la masse, la taille et la recherche du prix le plus bas possible et qui atteint ses limites aujourd'hui avec la recherche d'une qualité qui remet à l'honneur la valeur d'usage au détriment de la seule valeur économique.

 

La rupture spirituelle

 

C'est le rapport de l'homme à sa propre vie, plutôt que de réussir dans la vie, c'est désormais de réussir sa propre vie qui devient l'objectif.

Ce qui implique de donner beaucoup moins d'importance aux aspects matériels et aux signes sociaux de réussite, pour laisser plus de place à son intériorité et à la recherche de son accomplissement.

 

La rupture organisationnelle.

 

La conséquence de ces changements impacte les organisations, le modèle pyramidal qui a prévalu jusque là ne fonctionne plus, d'une part pour des raisons d'efficacité car la personne au sommet de la pyramide ne peut plus absorber la masse colossale d'informations que lui renvoie son environnement et d'autre part parce que les collaborateurs d'une entreprise rejettent ce modèle, c'est l'organisation en réseau qui doit primer pour permettre une meilleure efficacité et miser sur l'intelligence des salariés et provoquer leur implication.

 

Le manager 3.0

 

Pour faire face à ces ruptures, le rôle du manager évolue, il doit désormais faire office de chef d'orchestre, sa compétence repose moins sur son expertise que sur sa capacité à donner du sens au travail et à être le garant des valeurs de l'entreprise.

Pour atteindre ces objectifs, le manager doit être capable de développer ses "soft skills", à savoir sa capacité d'écoute, son empathie, sa capacité à communiquer.

 

Nous assistons à une rupture majeure, comme le décrit le prospectiviste Marc Halévy, ces ruptures adviennent tous les 500 ans, elles s'accompagnent de profondes modifications dans nos sociétés, sur la façon de vivre, de penser,d'envisager les rapports humains, il est illusoire de croire que nous reviendrons à la société que nos avons connu avant la crise, nous devons donc nous adapter aux nouveaux codes et accompagner ces changements plutôt que de résister sans aucune chance d'y parvenir....

Écrire commentaire

Commentaires: 0